Homepage

D.I.M.

 

Décoration Intérieure Moderne a été fondée aussitôt après la guerre de 1914-1918 par JOUBERT et MOUVEAU pour éditer et réaliser des meubles et des décors intérieurs. René JOUBERT, architecte et ébéniste, le décorateur du théâtre Georges MOUVEAU et, à partir de 1924, Philippe PETIT, présentent, individuellement ou en collaboration, des meubles “DIM” de série, en chêne ou en noyer massif qui se caractérisent par des structures robustes simples et rustiques et une ornementation réduite. Dans la production des premières années figurent aussi des chaises gondoles d’esprit Restauration, comme celles que RUHLMANN exécute à la même époque et, côté décor, de minces frises sculptées en faible relief de fruits et de fleurs stylisés, ou encore quelques éléments en fer forgé.

A côté de cette production de série, JOUBERT et MOUVEAU ou JOUBERT et PETIT fabriquent aussi des meubles plus luxueux, plaqués de bois exotiques ou de bois indigènes dont ils exploitent, comme Léon JALLOT, les spectaculaires effets de veinures, ou qu’ils disposent en marqueteries géométriques imitant parfois le parquetage. Très construits, très sobres, peu ou pas décorés, ces meubles aux formes massives, volontiers plus larges que hauts, sont dépourvus de corniches et reposent sur des socles. Un plateau en retrait les recouvre, souvent supporté par une sorte de doucine. Enfin, toute une série de meubles - armoire, bibliothèques, bahuts, buffets de salle à manger - offrent une disposition tripartite très caractéristique avec un corps central tantôt en retrait, tantôt en saillie et, selon les modèles, des portes pleines, des portes vitrées, des tiroirs ou des parties ouvertes. Les sièges, amples et confortables, présentent des lignes enveloppantes “en gondole”, ou encore anguleuses, à pans coupés. L’ornementation se réduit à quelques marqueteries d’ivoire. L’ensemble offre peu de références aux styles traditionnels.

En 1925, à l’Exposition des Arts Décoratifs, D.I.M. possède sa propre boutique sur le Pont Alexandre III et réalise la salle à manger des appartements privés d’“Une Ambassade française”, le pavillon des Artistes Décorateurs.

D’abord établie 19, place de la Madeleine, la société ouvre, cette même année, un magasin 40, rue du Colisée. En plus des meubles, elle produit des appareils d’éclairage, des miroirs, divers objets d’ameublement, des tissus, des moquettes, des tapis, certains d’après des projets de FOLLOT (dont un acquis par l’État pour le musée Rodin); elle équipe aussi des cabines d’avions.

En 1929, elle expose au 19ème Salon des Artistes Décorateurs une originale coiffeuse en cristal de JOUBERT et PETIT, dont les lignes très dépouillées indiquent une évolution. Celle-ci se poursuit avec des meubles en bois de placage (notamment pour le paquebot Atlantique), très stricts, dépourvus de tout décor. Quelques-uns sont exécutés en petite série de cinq ou six exemplaires, à des prix étudiés pour être accessibles à une clientèle relativelent étendue.

La mort de René JOUBERT en 1931 et le départ de Philippe PETIT la même année ne mettent pas fin à l’activité de la société D.I.M., qui est encore citée dans les années 40.

 

Autres biographies

Présentation Art NouveauCréateurs Précieux U.A.M.(Union des Artistes Modernes) Biographies Artistes L'actualité du Musée Expositions temporaires, prêts, échanges
   
© Chateau de Gourdon 2006
réalisation Orbicom
/ PH+