Homepage

Georges "Djo" BOURGEOIS (1898-1937)

 

DJO-BOURGEOIS est né à Bezons en 1898. Architecte et décorateur, il étudie à l’Ecole Spéciale d’Architecture, l’école à l’enseignement le plus moderne, de 1914 à 1922. A la fin de ses études, comme nombre d’autres architectes, DJO-BOURGEOIS se consacre à la création de mobilier et d’aménagements intérieurs plus qu’à l’architecture. Il entre et expose pour la première fois dès 1922 au Salon d’Automne et au Salon des Artistes Décorateurs où il présente notamment une chambre-boudoir.

L’année suivante, il intègre l’équipe de créateurs de l’atelier du Studium Louvre, rattaché aux Grands Magasins du Louvre. Il y conçoit de nombreux ensembles de meubles essentiellement réalisés en bois jusqu’en 1925, date à laquelle son désir d’indépendance devient plus pressant. La même année, il crée son atelier d’architecte-décorateur et s’installe rue Vaneau à Paris.

Les créations de mobilier et d’architecture qu’il conçoit sont formellement proches de celles des artistes les plus novateurs et comme eux il affirme sa volonté d’être résolument moderne, en utilisqnt des formes simples épurées, fonctionnelles et sans décor.

Parallèlement à la réalisation de mobilier, DJO-BOURGEOIS participe dès 1922 à la réalisation de boutiques et de maquettes d’architectures qu’il présente dans les différents salons.

Devenu un acteur incontournable de la création française, DJO-BOURGEOIS est invité à participer en 1924 à l’un des chantiers les plus modernes de France en concevant plusieurs pièces dont une salle à manger pour la villa du Vicomte Charles de Noailles, construite par l’architecte Rob MALLET-STEVENS.

Durant la même période, il connaît l’amorce d’une reconnaissance de son travail quand on lui confie la réalisation de plusieurs villas non loin de celle du Vicomte. Il reçoit la commande d’une villa par le Professeur Lahy pour lequel il édifie une villa à Saint-Clair (1926) et aménage son appartement parisien.

Le créateur devient à partir de 1926, l’un des grands acteurs de la création de mobilier en métal en France et voit certains de ses modèles édités par la célèbre firme Hollandaise METZ & CO. Il conòoit avec ce matériau différentes pièces dont la plus emblématique est une table à plateau de verre circulaire reposant sur un cylindre en miroir relié à une base en métal nickelé que choisit le Maharadjah d’Indore pour meubler son Palais en Inde.

En 1928, il est aux côtés de rené HERBST et Charlotte PERRIAND dans le petit groupe d’avant-garde qui revendique, aux salons de 1928 et 1929 la possibilité de pouvoir s’exprimer ensemble et de marquer ainsi leur différence et leur unité. Bien que proche du mouvement moderne français, l’Union des Artistes Modernes, il ne se joint pas au groupe en formation car un différend l’oppose à certains de ses membres.

L’exposition de 1937 verra ses dernières créations exposées dans le Pavillon des Artistes Décorateurs, l’année même où il s’éteint des suites d’une longue maladie. Ce sont ses amis qui achèveront pour lui ce projet d’un appartement pour un yachtman sur la Côte d’Azur.

 

Autres biographies

Présentation Art NouveauCréateurs Précieux U.A.M.(Union des Artistes Modernes) Biographies Artistes L'actualité du Musée Expositions temporaires, prêts, échanges

   
© Chateau de Gourdon 2006
réalisation Orbicom
/ PH+