Homepage

 

Hélène HENRY (1891-1965)

 

Hélène HENRY est née le 29 juillet 1891 à Champagney (Haute-Saône). Elle s’installe à Paris à vingt-cinq ans sans avoir suivi de formation spécifique, mais cultive depuis son enfance un goût et un intérêt pour la peinture et la musique.

Dès son arrivée, elle visite les différentes expositions d’art décoratif où elle est séduite et sensible aux créations modernes et à la rénovation du décor en matière d’aménagement intérieur. Touchée par le travail des créateurs modernes, Hélène HENRY, qui s’appelle encore Hélène LANTIER, décide de créer des tissus relevant du même esprit, qui viendraient compléter ces nouveaux aménagements et s’essaye à la pratique du tissage sur un petit métier à main.

Elle s’installe dès 1916 dans un atelier au 5, rue des Beaux-Arts et fait du porte-à-porte pour tenter de vendre ses créations d’écharpes et de tuniques chez des couturiers comme Worth ou Nicole Groult. Elle réalise des essais pour du linge de table, coordonné, dit-elle, aux poteries de Francis JOURDAIN. Elle montre ses essais à JOURDAIN qui, séduit, les expose dès 1923 dans sa boutique et la présente à ses amis, Pierre CHAREAU en particulier.

Soutenue par Francis JOURDAIN et Pierre CHAREAU, elle décide de créer un atelier de tissage à la main dont la production de tissus, en accord avec l’esthétique nouvelle, attire rapidement l’attention des créateurs français les plus modernes. Elle s’installe dans l’un des plus vieux hôtels de Paris, 7, rue des Grands Augustins et commence à s’initier à la technique afin d’en connaître toutes les possibilités et confie la réalisation de ses maquettes à deux tisserands basques. Elle ne cesse dès lors de créer ou de réaliser des tissus dont les décors simples dessinés par elle ou ses amis créateurs, sont souvent linéaires et inspirés par les volumes et les rythmes des meubles nouveaux. Son atelier se développe très vite et comptera ultérieurement jusqu’à dix métiers à tisser.

Elle expose ses créations pour la première fois au Salon d’Automne puis au Salon des Artistes Décorateurs grâce au soutien de Francis JOURDAIN. Hélène HENRY rencontre peu de temps après celui qui allait devenir son mari, Joseph VAN MELLE, alors directeur du journal “Toute l’Edition” (qui rendra compte avec constance des travaux et des expositions des créateurs modernes). Il forme un groupe actif avec ses amis Raymond TEMPLIER, René HERBST et Rob MALLET-STEVENS, appelé JORARERO (les deux premières lettres des prénoms de chacun). Ce cercle s’étend rapidement à Pierre CHAREAU avec lequel Hélène HENRY va durablement collaborer.

Elle participe à l’Exposition Internationale d’Art Décoratif et Industriels Modernes de Paris en 1925 auprès de Pierre CHAREAU à “l’Ambassade Française”. Elle expose également à l’étranger au côtés de Sonia DELAUNAY et des cinq représentants français de l’exposition de textiles contemporains qui parcourt les Etats-Unis entre 1930 et 1931. Hélène HENRY exécute de nombreuses commandes officielles et apporte sa touche personnelle à tous les grands chantiers prestigieux de l’époque comme ce fut le cas pour la villa de Rob MALLLET-STEVENS (1927), pour le palais du Maharadjah d’Indore (1930), le siège de la Société des Nations à Genève, pour le paquebot “Normandie” et pour l’Exposition Internationale des Arts et Techniques de 1937 à Paris.

Hélène HENRY est aussi une créatrice engagée qui, proche des créateurs modernes, choisira de se grouper avec eux et de fonder en 1929 à son domicile, 7, quai des Grands Augustins, l’Union des Artistes Modernes ; cette création faisant suite à divers conflits existant entre les modernes et les instances dirigeantes du Salon des Artistes Décorateurs.

Créatrice dynamique, son travail est alors reconnu par tous les décorateurs et architectes de l’époque : CHAREAU bien sûr, Francis JOURDAIN, René HERBST, Rob MALLET-STEVENS mais aussi Jules LELEU, Jacques-Emile RUHLMANN et DUPRE-LAFON. Ce n’est en réalité pas un hasard si ceux-ci sont nombreux à faire appel à ses services, car Hélène HENRY collabore avec eux, sans jamais imposer son talent et ses créations. Chaque pièce de tissus est discutée avec le futur utilisateur, celle-ci faisant l’objet d’essais et d’échantillons extrêmement précis, de points, de tons et de matières. Elle ne crée et ne tisse d’ailleurs aucune pièce dont elle ne connaisse au préalable la destination, se faisant ainsi l’auxiliaire indispensable de la haute décoration, en réaction aux tissus prêt-à-poser fabriqués à Lyon, Mulhouse et Roubaix.

Créatrice au talent inédit, Hélène HENRY sera également l’une des premières à avoir utilisé des matériaux artificiels (et non synthétiques) en même temps que les matériaux dits nobles comme la soie ou le coton. Elle s’intéresse parallèlement aux apports et qualités de la rayonne et de la viscose-fibranne qui donnaient aux tissus une texture inédite, une plus grande résistance et une gamme de coloris audacieux pour l’époque : gris dégradés, roses, jaunes ambrés, coloris plus vifs pour les écossais, blancheur immaculée de la rayonne pour les voilages. Hélène HENRY innovera également en inventant de nouveaux points de tissage, conférant à ses étoffes un aspect unique. Les différents modèles étaient réalisés à la main sur des métiers à armature de 1,50 à 2,60 m de large.

Le succès d’Hélène HENRY fut spectaculaire jusqu’à la guerre puis la réponse négative et sans ambiguïté faite au représentant de GOERING, qui lui offrait tous les matériaux nécessaires à la réouverture de son “tissage”, explique certainement les difficultés auxquelles elle eut à faire face pendant et après la guerre.

Elle participe néanmoins encore quelque temps aux expositions dans la section Formes Utiles de l’U.A.M., mais comme ses camarades, elle tombe rapidement dans un relatif oubli, celui-ci étant accentué par l’invasion du marché par les tissus scandinaves de bonne qualité.

Hélène HENRY travaillera encore quelque temps dans son atelier supervisant toujours le tissage à la main de ses modèles jusqu’à son décès en 1965.

 

Autres biographies

Présentation Art NouveauCréateurs Précieux U.A.M.(Union des Artistes Modernes) Biographies Artistes L'actualité du Musée Expositions temporaires, prêts, échanges

   
© Chateau de Gourdon 2006
réalisation Orbicom
/ PH+