Homepage

Jean BURKHALTER (1895-1982)

 

Jean BURKHALTER est né le 17 octobre 1895 à Auxerre. Fils d’Eugène Burkhalter grainetier et de Jeanne Manifacier, Jean est l’aîné des six enfants du couple. Après une enfance paisible au sein d’une famille aisée, Jean BURKHALTER se retrouve brusquement orphelin en 1913 et pqrt s’installer à Paris. Réformé, il ne participe pas à la première guerre mondiale ce qui lui permet de s’inscrire en 1915 à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris où il poursuit sa scolarité jusqu’en 1919.

Il entre ensuite à la maison Hénin (orfèvre) comme dessinateur, puis chez Coudyser où il apprend les techniques du tissage et de la tapisserie. L’artiste travaille simultanément pour les deux établissements et c’est en exposant des couverts et pièces d’argenterie éditées par Hénin qu’il participe pour la première fois au Salon des Artistes Décorateurs en 1919. C’est probablement au cours de sa première expérience chez Coudyser que s’affirme chez BURKHALTER un intérêt pour la création textile dans laquelle il excellera.

A partir de 1921, il collabore avec deux autres entreprises pour la création et l’édition de toiles imprimées : la Décoration Intérieure Moderne (D.I.M.), fondée en 1919 par René Joubert et Georges Mouveau), le Caméléon, les Magasins Metz et Compagnie, mais aussi crée quelques modèles pour l’Atelier Primavera et celui du Studium Louvre. Reconnu pour la qualité de ses créations, il est sollicité dès 1922 par l’Ecole d’Art Industriel de Grenoble qui lui propose de diriger la Chaire de dessin. C’est pour Jean BUKHALTER le début d’une longue carrière de professeur puisqu’il sera également directeur de l’Ecole Municipale de dessin d’Auxerre en 1935, directeur de l’Ecole Régionale des Beaux-Arts de Saint-Etienne et professeur à l’Ecole des Arts Décoratifs de Limoges.

Jean BURKHALTER rencontre de nombreux décorateurs modernes lors des expositions anuelles des différents salons d’arts décoratifs et collaborera avec plusieurs d’entre eux. Il travaille notamment en étroite collaboration avec les sculpteurs Jan et Joël MARTEL à la réalisation de monuments commémoratifs en tant qu’architecte urbaniste et Rob MALLET-STEVENS et Pierre CHAREAU feront également appel à lui pour la création de différents modèles de tapis.

Il dessinera d’ailleurs plusieurs modèles de tapis et de meubles qui seront édités par « La Boutique » de Pierre CHAREAU, 3 rue du Cherche-Midi à Paris, celui-ci ayant ouvert un magasin destiné à la fois à promouvoir ses créations et celles de ses amis, parmi lesquels Jean LURÇAT et Hélène HENRY.

Créateur proche des modernes, il se voit confier en 1924, aux côtés de DJO-BOURGEOIS, la réalisation de deux affiches pour le film « L’Inhumaine » de Marcel L’HERBIER. Ce film est le fruit de la collaboration des plus grands créateurs de l’époque et représente un véritable manifeste de l’esthétique moderne.

Parallèlement à cette activité de création, il se consacre à la peinture et expose ses toiles au Salon de la Société des Beaux-Arts. En 1925, il participe à l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes de Paris et s’affirme comme un des acteurs du mouvement moderne français en exposant une salle à manger en merisier et bois noir aux formes géométriques novatrices, éditée par Primavera sur le stand de Pierre CHAREAU. Il s’inscrit de manière évidente dans la défense du mouvement moderne en matière d’art décoratif et s’associe en 1929 au groupe de jeunes créateurs « dissidents » qui décident de quitter le Salon des Artistes Décorateurs en raison de l’esprit conservateur qui y règne. En conséquence, il adhère aussitôt à l’Union des Artistes Modernes fondé en 1929 par ses amis et collaborateurs occasionnels : Rob MALLET-STEVENS, les frères MARTEL et Hélène HENRY.

C’est à l’occasion de la première exposition de l’U.A.M. au Pavillon de Marsan en 1930 que Jean BURKHALTER expose ses créations de mobilier métallique en tube émaillé, corde et osier, aux formes particulièrement novatrices. Il participera à quatre expositions de l’U.A.M. présentant du mobilier, des porte-fleurs, des tapis et tissus édités respectivement par « La Boutique » de Pierre CHAREAU, le magasin « Les fleurs de Nice » et Metz and Co.

A partir de 1933, BURKHALTER s’ éloigne du milieu artistique parisien et déménage à Auxerre. Il se consacre à présent presque exclusivement à l’enseignement et à son activité de peintre, faisant quelques incursions dans le domaine décoratif en participant à la création de décors pour des vases et des services de vaisselle pour la Manufacture de Sèvres.

Il devient enfin en 1946 directeur de l’Ecole d’Art Décoratif et du Musée Adrien Dubouché à Limoges, occupant cette double fonction pendant plus de quatorze ans.

 

Autres biographies

Présentation Art NouveauCréateurs Précieux U.A.M.(Union des Artistes Modernes) Biographies Artistes L'actualité du Musée Expositions temporaires, prêts, échanges

   
© Chateau de Gourdon 2006
réalisation Orbicom
/ PH+