Homepage

Louis MAJORELLE (1859-1926)

 

Peintre et ébéniste français, fils d’Auguste MAJORELLE, ébéniste et céramiste, il se destine d’abord à la peinture et expose à l’âge de seize ans au Salon des Artistes Français. Il passe deux ans à l’École des Beaux-Arts de Paris dans l’atelier de MILLET puis reprend l’affaire paternelle en 1879. Il abandonne la céramique pour se consacrer exclusivement au mobilier, poursuivant le style néo-Louis XV que son père affectionnait.

Il présente à l’Exposition Universelle de 1889, à Paris, un ensemble de meubles qui fait l’admiration d’Henry HAVARD, auteur du dictionnaire de l’ameublement, en particulier un lit en forme de traîneau. Mais le succès rencontré par Émile GALLÉ avec un mobilier nouveau qui s’inspire de la faune et de la flore lorraines, l’encourage à trouver son style personnel, comme en témoigne l’ensemble de meubles “Nénuphars”, en acajou, profondément mouluré et bronze ciselé et doré, présenté à l’Exposition Universelle de 1900.

Il fait partie des artistes/artisans qui fondent, en février 1901, l’École de Nancy, alliance provinciale des industries d’art, institutionnellement de l’Art Nouveau à Nancy et de l’alliance de l’art et de l’industrie. Il commande la même année à Henri SAUVAGE la réalisation de sa demeure privée, la villa Jika, qui réunit le céramiste Alexandre BIGOT, le peintre-décorateur Victor PROUVÉ et le peintre-verrier Jacques GRUBER.

A l’Exposition de l’École de Nancy organisée au pavillon de Marsan en 1903, on peut voir des créations récentes, parmi lesquelles les meubles aux nénuphars dont le petit bureau de dame.

En 1904, il reprend le magasin de Siegfried BING à Paris, et le fait transformer par Henri SAUVAGE qui supprime, entre autres, les ferronneries Art Nouveau de Louis BONNIER. La Maison Majorelle Frères vend à la fois des oeuvres de l’École de Nancy et, pendant quelques temps, le stock de l’Art Nouveau BING.

Juste avant la Première guerre mondiale, MAJORELLE travaille également pour la nouvelle ambassade de France à Vienne, ainsi que pour nombre de demeures privées, d’hôtels, de magasins, principalement à Nancy. En 1912, il aménage à Lyon la villa de Marius BERLIET et fournit des meubles à la famille du verrier nancéien DAUM.

Louis MAJORELLE participe à l’Exposition des Arts Décoratifs de 1925 avec un mobilier de série qui reflète le style du temps. Après sa mort, l’atelier poursuit la production sous la direction du dessinateur Alfred LÉVY, avant de disparaître en 1956.

 

Autres biographies

 

Présentation Art NouveauCréateurs Précieux U.A.M.(Union des Artistes Modernes) Biographies Artistes L'actualité du Musée Expositions temporaires, prêts, échanges

   
© Chateau de Gourdon 2006
réalisation Orbicom
/ PH+