Homepage

 

La chapelle

Contre le mur, de petites statues des XVII et XVIIIè siècles, Saint Roch rappelle un peu les santons de Provence, Sainte Marguerite a des côtés primitifs, un peu rondouillarde mais pleine d'esprit, et le grand Saint Jean avec son pied dansant est un peu aquitain. Au centre de l'autel, Saint Mathieu, pièce toscane du XVème.

Présentation Le Vestibule La Salle à Manger Le Salon La Chapelle La Salle des Gardes
   

De part et d'autre de l'autel, deux pénitents couchés (fin XVIIè) étaient destinés à porter les cierges dans les églises

Deux toiles de Massarotti (1655-1732). C'est tout l'art italien, avec des couleurs chatoyantes, des personnages fort jolis, c'est extrêmement agréable à regarder du point de vue peinture ; comme spiritualité ce n'est pas très profond, mais ceci est la technique baroque italienne terriblement anecdotique.

 

Il a également une petite Ecole Flamande du XVIIè, un Golgotha dans lequel se retrouve une des pièces didactiques du XVIIè, faite à l'imitation des vitraux du Moyen-Age, toutes les scènes de la Passion sur le même tableau, avec l'expression très marquée des personnages, destinée à donner une idée très exacte du rôle joué par chacun dans l'histoire. Au premier plan la haine, au second plan la souffrance des femmes, a troisième plan la solitude du Christ, tout cela traité sur un fond vert marron assez sombre qui rappelle que c'est un Golgotha, mais rempli d'une foule de petites couleurs formées par les vêtements. C'est déjà une œuvre assez maniériste sous ses aspects très primitifs

suite >>

 

 

 
   
© Chateau de Gourdon 2006
réalisation Orbicom
/ PH+